Understanding Prejudice
Understanding Prejudice
Return Home

Reading Room

Exercises and Demonstrations
Multimedia Center
Teacher's Corner
Directory of Experts
Organizations
Links on Prejudice
About Us
Privacy Policy
Contact Us

Reading Room
La psychologie des pr�jug�s: Un aper�u

Lier st�r�otypes, pr�jug�s et discrimination

Les st�r�otypes sont non seulement nuisibles par eux-m�mes, mais ils causent du tort en entretenant des pr�jug�s et de la discrimination. Apr�s tout, si les lecteurs d�une encyclop�die sont amen�s � croire que les Noirs ont des capacit�s intellectuelles limit�es, pourquoi la soci�t� devrait-elle d�penser temps et argent � �duquer des enfants noirs? Tel qu�employ� ici, le terme �discrimination� implique que les membres d�un groupe sont d�savantag�s ou qu�ils sont trait�s injustement � cause de leur appartenance � ce groupe. Plus pr�cis�ment, �discrimination personnelle� fait r�f�rence � des actes de discrimination commis par des individus (p.ex., un directeur qui refuse d�engager des employ�s juifs), tandis que �discrimination institutionnelle� fait r�f�rence � des politiques ou pratiques discriminatoires qui se produisent dans des organisations ou autres institutions (p.ex., une politique d�immigration antis�mite).

Pr�jug�s, st�r�otypes et discrimination vont souvent de pair mais il est aussi possible qu�un seul soit pr�sent sans les autres. Lorsqu�un groupe ethnique est st�r�otyp� � l�aide d�un attribut neutre ou positif tel que �orienter vers la famille�, pr�jug�s et discrimination peuvent ne pas �tre impliqu�s. De m�me, un pr�jug� g�n�ral contre les ��trangers� ou les �amput�s� peut ne pas inclure de st�r�otypes particuliers ou d�actes de discrimination. Parfois, il est possible qu�il y ait de la discrimination, de fa�on intentionnelle ou non, sans pourtant qu�il y ait de pr�jug�s ou st�r�otypes. Afin d�illustrer comment cela peut arriver, examinons une situation hypoth�tique:
Supposons que votre �cole ou organisation est accus�e de discrimination sexuelle parce que, dans les cinq derni�res ann�es, le pourcentage total de femmes postulant pour un emploi � qui l�on a offert un poste est inf�rieur � celui des candidats masculins. Afin d��claircir la situation, vous ordonnez une enqu�te ayant pour but d�identifier les d�partements discriminant contre les femmes. �tonnement, l�enqu�te d�montre qu�� l�int�rieur de chaque d�partement, le pourcentage de candidates � qui l�on a offert un poste est identique � celui de leurs coll�gues masculins. Est-ce possible? Se peut-il que chaque d�partement ne discrimine pas, mais que, pourtant, l�organisation en sa totalit� engage plus d�hommes que de femmes?
Ce probl�me est une variation du paradoxe de Simpson (un paradoxe tr�s connu en statistiques) et la r�ponse � ce paradoxe est oui -- l�absence de conditions discriminatoires au niveau d�partemental peut tout de m�me r�sulter en diff�rences d�embauche au niveau organisationnel. Pour comprendre comment cela peut arriver, imaginez une organisation tr�s simple avec deux d�partements d��gale importance, d�partement A et d�partement B, qui re�oivent chacun le m�me nombre de demandes d�emploi. Comme vous pouvez le constater dans le tableau 1, si le d�partement A offre un poste � 10% des postulants (hommes et femmes) et le d�partement B offre un poste � 5% des postulants (hommes et femmes), aucun des deux d�partements ne discrimine par rapport au sexe des candidats. Par contre, au niveau de l�organisation, plus de postes seront attribu�s � des hommes qu�� des femmes parce qu�il y a plus d�offres d�emploi venant du d�partement A que du d�partement B. � moins qu�il y ait une bonne raison expliquant cette diff�rence, ce mod�le d�embauche pourrait repr�senter une forme de discrimination sexuelle institutionnelle.

Tableau 1. Un exemple hypoth�tique de discrimination sexuelle

  Nombre
de postulants
Nombre
d�offres d�emploi
Pourcentage
d�offres d�emploi
 D�partement A      
        Femmes 500 50 10%
        Hommes 1000 100 10%
 D�partement B      
        Femmes 1000 50 5%
        Hommes 500 25 5%
 Total      
        Femmes 1500 100 6.67%
        Hommes 1500 125 8.33%

Comme ces exemples le d�montrent, pr�jug�s, st�r�otypes et discrimination sont distincts les uns des autres, m�me s�ils tendent � se produire souvent simultan�ment dans la vie quotidienne. Par cons�quent, ce survol abordera chaque aspect s�par�ment, en commen�ant par les recherches sur les pr�jug�s.


Page pr�c�dente
Page 2 de 27
Page suivante